Événement

samedi 25 juillet à 21h soirée conte
Exils

Exils

« Je crois en celui qui n’a de patrie que dans le chant des hommes. » J.P Siméon

Ils sont là tous les six autour du feu sur lequel est posé un chaudron plein de soupe.

Sara psalmodie un chant en sortant de ses sacoches des herbes cueillies sur le long chemin.Tchavalo joue de la musique en souriant doucement. Nouk réchauffe son tambour de peau. Lisa dit des mots d’amour au petit être qui grandit dans son ventre. Le vieux Cambodgien fait danser ses mains en essayant de décrypter les odeurs de cette soupe. Moussa sent que tous les mots qui avaient gelé dans sa gorge reprennent vie peu à peu.

Ils n’ont pas de langue commune, ils ont cette soupe, leurs regards, leurs gestes, leurs coeurs, leurs rêves et le chemin.

C’est une longue caravane d’humains et de bêtes qui chemine, une multitude qui avance toujours, obstinée. Des hommes et des femmes qui ont dû rompre avec une vie passée, ils ont un nouveau monde à créer.

C’est une multitude qui marche, on est plus seul, tout le monde est là…

Lorsque je me suis mise à écrire « Exils », je me suis tout d’abord sentie submergée par ce sujet grave et brûlant. Je suis née en France d’un père « pied-noir » et d’une mère bretonne. Je n’ai donc pas connu l’exil de façon direct. Alors comment en parler sans enfoncer des portes ouvertes en gardant pudeur et humilité ?

Alors se sont réveillés les images, les récits, les impressions qui me traversent depuis l’enfance.

Mon père…exil
Ma mère…Exil
La guerre, boat-people, corps échoués…exil
Sans racines…exil
Le désert…exil
La peur, la folie…Exil
Partir…exil
Exil…c’est le mouvement
Exil…c’est le mouvement
Exil…c’est le mouvement

Cette création a vu le jour à l’automne 2019 en réponse aux sollicitations du festival Contes et rencontres et de la médiathèque de Nyons. Je les remercie de leur confiance.

 

Église

Au chapeau

Assiettes de fromage et/ou charcuterie avant la représentation

> Contact réservation